Société Français d'Anthropologie Visuelle

Fiche du film : #57

Unknown Bard (The)

Présentation de la "secte" de Baûl, mystiques bengalis, dont tout le savoir religieux d'un synchrétisme très caractéristique s'exprime et se transmet par le chant. Photo 1 Photo 2
Date de réalisation : 1996
Réalisateur : Mokammel Tanvir
 
Pays : Bangladesh
Durée du film : 60'
Langue : VO
Sous-titrage : anglais
 
Image : Couleur
 
Format de diffusion : Beta, VHS, DVD
Format original : Vidéo

Résumé: Les Baûl constituent une "secte" à caractère populaire, apparue avec d'autres au XVIII° siècle, en réaction contre le ritualisme strict et exclusif des hindous et des musulmans. Leur mystique puise autant dans la dévotion vishnuïte que dans le soufisme et une certaine forme du bouddhisme. Leur message social prêche le dépassement des castes comme des religions (islam, hindouisme) et l'amour du divin en l'homme. Le rôle du maître y est essentiel, guru ou murshid. Fortement anti-ritualistes, les Baûl ont transmis oralement leur savoir, sans le figer dans l'écrit et toujours sous forme chantée. Ces chants -plusieurs centaines- ont été recueillis à partir de la fin du XIX° siècle. Poésie populaire, elle a fortement impressionné un poète comme Rabindranath Tagore qui a écrit plusieurs poèmes "à la manière" des Baûl.

Le fim prend comme fil conducteur la vie de Lalon (Lâlan) Fakir, un des plus célèbres mystiques et compositeurs baûl, mort en 1890. Sa vie est racontée par une troupe de marionnettistes : né hindou, recueilli par des tisserands musulmans. Différents chanteurs sont entendus, qui sont des maîtres - et l'on voit des disciples en écouter un et lui rendre hommage. La première image du film montre l'instrument à une corde très rudimentaire, typique des musiciens du baûl, appelé gopichand, gopiyantra ou khaurak.

Au cours du film interviennent plusieurs intellectuels, qui nous expliquent l'histoire et la mystique des Baûl - leurs noms indiquent clairement qu'ils sont soit hindous, soit musulmans.

Le titre du film est un jeu de mot en anglais, qui évoque "the unknown bird", qui entre et sort du corps humain, qu'il faut attraper, cet inconnu que le mystique désire trouver, bonheur et joie éternels. L'autre image forte de cette mystique, évoquée dans le fim également, est celle de "man of the heart", l'ultime réalité, le divin, objet de la recherche de l'union mystique.
Le film expose très clairement, bien qu'avec concision, les grandes lignes de cette mystique. L'image très belle, communique un sentiment de bien-être et de repos -en harmonie avec les chants des Baûl-, montrant longuement le fleuve, les eaux, qui ont tant d'importance pour la vie de Lalon et pour tous les Bengalis.

Retour au calalogue


 
Société Française d'Anthropologie Visuelle - c/o Direction de l'Audiovisuel de l'EHESS - 105 bd Raspail, 75006 Paris - E-mail: info@sfav.fr
Réalisation: Agence ici, agence de communication